Quel régime fiscal choisir dans le cas d'un investissement immobilier locatif?

Lorsque vous décidez de vous lancer dans l'investissement immobilier, il faut bien étudier tous las paramètres qui entrent dans la gestion du bien immobilier dans lequel vous voulez investir. Parmi les paramètres, nous avons le régime fiscal adapté à votre bien. Cependant, pour le bien immobilier destiné à une location meublée, plusieurs types de régimes fiscaux sont à adopter pour la déclaration des revenus.

Le régime fiscal réel

Dans le cas où vous êtes un investisseur immobilier et vous mettez en location des biens meublés, votre investissement fait partir de la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), ce qui est bien pour une location meublée non professionnelle. Avec le comptable LMNP, vous en saurez plus. Il s'agit d'un régime qui est bien avantageux lors des trois premières années, comme indiqué sur cet article. Lorsque vous gagnez annuellement plus de 32 900 euros hors taxes pour les loyers, le régime qui s'applique dans ce cas est basé sur les frais réels. En effet, ce régime permet de déduire d'abord, toutes les charges liées au bien comme l'assurance, les frais d'entretien, les intérêts d'emprunt de la banque, l'amortissement de la valeur du bien et du mobilier et bien d'autres et ainsi, nous avons les frais réels à déclarer. Ainsi, grâce à ce régime, la totalité des charges est déduite et peut être reporté sur les autres bénéfices professionnels réalisés cette année ou les années à venir.

Le régime fiscal micro-BIC

Ce régime convient à un investissement qui rapporte par année, moins de 32 900 euros hors taxes pour les loyers. Il est très simple car il prend en compte la moitié c'est à dire 50% des frais de loyers. Il s'agit d'un abattement forfaitaire qui se base sur les caractéristiques spécifiques de la location meublée comme les équipements, les meubles, l'état de dégradation du bien et bien d'autres. La simplicité de ce régime est également dû au fait qu'il n'y a pas beaucoup de choses à faire de la part du bailleur, il suffit de déclarer son chiffre d'affaire chaque année civile. Ensuite, le service qui se charge des impôts détermine le revenu à imposer. Pour ce faire, le service déduisent du total des loyers annuaires, l'abattement de 50%.